We de patrouille du 21 et 22 Mars

Publié le par Caracal

Nous somme arrivé Mathieu , Benoit et moi même en fin d'après midi retrouver les autres qui était déjà sur place et qui avait déjà commencé à scier des perches pour la table du camp de Pâques mais à notre grande surprise un jeune garçon que nous ne connaissions pas était présent et bien qu'il ne soit pas du même genre que nous ,nous essayâmes tout de même de lui donner une bonne image des scouts.
La table une fois fini nous commençâmes un feu pour un repas trappeur
qui fut fort délicieux bien qu’Arthur ne l'a pas très bien digérer mais bon, je vous en épargnerais les détails. Nous commençâmes donc la veillée où les parents de notre CP et Philippe assistèrent et après la prière, Michel bizarrement, raccompagna ses parent a leurs appartements .Et alors que nous allions nous endormir, Philippe s'approcha de la tente et dit d'une voit remplie de malice :"message». Il nous expliqua les règles : nous devions décoder un message en morse que nous envoyait Michel.
Et bien que Michel se gourai une fois sur deux nous décodâmes comme même le message. Il disait qu'il fallait attraper notre CP (ex Michel) et le plaquer au sol 20 sec.
BOOM!!!
Un pétard avait explosé.

Le jeu commençait.
Après une longue poursuite où éclatait des pétards de tout les cotés nous l'attrapâmes et partîmes nous coucher (bien fatigués!).




Le lendemain nous nous levâmes et admirâmes cette plaine ou se levait le brouillard (et non pas le soleil!).
Nous rallumâmes le feu et préparâmes notre petit déjeuner. Une fois celui-ci avalé, nous continuions la table et partions pour l'église en laissant Arthur au château de Combreux des Orphelins Apprentis d'Auteuil où nous campions (dans le parc, naturellement!) et ou le père de notre CP travaille.

Arrivé  à la messe nous nous dépêchâmes car nous étions déjà un peu en retard. Cette messe fut fort bizzard :
l'animateur des chants se croyait, avec son petit synthétiseur, le didj d'une grande boite de nuit parisienne. Mais, tout de même, le plus inquiétant fut quand on commença à se demander comment allions nous rentrer après le chant :
"ne rentrer pas chez vous, comme avant ".
Malgré tous ces évènements nous rentrâmes après avoir achetés des fleurs pour madame Allaire et du coca-cola pour Arthur, toujours malade.
Le trajet du retour fut fortement rythmé par différents chants et surtout par la faim.
Une fois là-bas après une visite à Arthur, nous allâmes déjeuner, finîmes la table pour le camp de pâques, démontâmes la tente et fîmes nos sac .Ensuite nous fîmes une prises de pince a linge et une tentative de prise de foulard
Enfin, à contrecœur, je vous promets, nous sommes rentré en voiture comme à l’aller.

Je remercie notre CP MICHEL qui a longuement préparé ce WE  mais aussi les parents de Michel qui nous on accueilli et que je remercie beaucoup au nom de la patrouille.

 

                                                                                              Timothée, bout en train

 


Publié dans Comptes rendus

Commenter cet article